Bonjour à tous, Cela fait un moment que je n'ai pas publié d'articles. En effet, les jours passent et le temps me manque. Aujourd'hui je vais essayer de vous parler d'un thème difficile qui fait souffrir tellement de personnes, tellement de patients.

LE JUGEMENT.

De la naissance à la mort nous sommes soumis au regard de l'autre, inlassablement. Un nourrisson tout juste né et même bien avant sa naissance sera déjà décortiqué, jugé, étalonné selon les critères de normalité de notre société. Nous le faisons tous bien sûr. Qui n'a jamais dit "vous avez un garçon super il pourra être ceci ou cela" ou "vous verrez les filles ça a plutôt tendance à être comme ceci ou comme cela".

On dira que le bébé ressemble à son père, sa mère, sa sœur, son grand père....c'est mignon à ce moment là, de faire des plans sur la comète ou des pronostics d'avenir, et sans incidence. Toutefois, attention, peut être de ne pas oublier que cela doit rester de simples faits et non pas des représentations jugeantes. Au final, un bébé aura surtout besoin de l'amour de ses parents pour s'épanouir. Lorsque l'enfant grandira on dira qu'il est trop grand ou trop petit ou trop gros ou trop maigre. Qu'il est en retard, trop bruyant, trop dynamique. Le nombre de fois où l'on entend d'un enfant qui bouge "n'est-il pas hyperactif"? Nos parents nous jugeront, nous jugeront nos enfants... à l'école re belote...les profs, les autres élèves, et les amis... Tout le monde y passe, les jeunes, les vieux, les handicapés, les femmes ou les marginaux et bien d'autres. Cela se transformera peut être en haine bien plus violente....

Comme disait Sartre " l'enfer c'est les autres".

Vous allez me dire quel est le rapport avec la diététique ? Le rapport à l'air d'être lointain mais pourtant. Pourtant ! Je côtoie beaucoup de patients qui en réponse à une souffrance, une réflexion vont soit manger de façon compulsive soit à l'inverse se privent. La nourriture devient le refuge du cœur, attristés par le jugement permanent de leurs proches, collègues, gens de passage ou parfait inconnus.

Le pire dans ces jugements ceux sont ceux qui ont trait au corps...tu manges donc tu es! Si c'était aussi facile. Si dans un claquement de doigt ou de volonté nous pouvions transformer nos corps pour qu'ils deviennent à l'image de ce que veulent "les autres", ce serait tellement plus simple. M

je dis stop! Stop! A ces violences verbales...Aujourd'hui prenons conscience que cette culpabilité permanente engendre des comportements compensatoires.

Chaque parole a un impact que nous ignorons chez l'autre. Nous sommes responsables de nos mots et essayons dans la mesure du possible de comprendre l'autre et de l'accueillir avec la plus grande bienveillance du monde. C

nous ferons toujours des erreurs dans notre façon de dire, de juger l'autre mais ayons de l'indulgence dans nos phrases. Ne pas semons le mépris... L'erreur est humaine. Nous pouvons demander pardon.

Le soin du corps peut passer aussi par le soin de l'esprit et du cœur.

Ayez de la bienveillance et de l'indulgence envers vous même...la perfection n'existe pas donc n'attendons pas de nous l'impossible... faite de votre mieux....

Votre Diététicienne Aude Labrot

Date: 
Lundi, 27 juillet, 2020
Image: 

Vos besoins sont ciblés

Prise en compte de votre mode de vie, de vos habitudes et de vos croyances